«BARNES GLOBAL PROPERTY HANDBOOK 2019»

L’immobilier de luxe 
sous la loupe

Savez-vous ce que signifie UHNWI? Ces initiales évoquent les «Ultra High Net Worth Individuals», des personnes détenant un patrimoine supérieur à trente millions de dollars. Cette population devrait augmenter de 40% d’ici 2022, pour approcher le chiffre de 360 000 individus. Ces derniers consacrent 6,6% de leur patrimoine aux actifs immobiliers haut de gamme. La 4e édition de l’étude annuelle Barnes fait le point sur le marché immobilier de prestige et les préférences des acquéreurs les plus fortunés de la planète.

Sur la base de diverses études de référence et d’enquêtes menées auprès de ses clients, le rapport publié par le groupe Barnes révèle que le marché de l’immobilier haut de gamme va connaître une croissance exponentielle au cours des prochaines années, avec de profondes mutations à la clef. Pour la première fois, l’Asie compte plus de milliardaires que l’Amérique du Nord. Après avoir acquis leur résidence principale dans une ville internationale de référence, les familles fortunées vont se constituer un portefeuille de résidences secondaires. «Les UHNWI possèdent en moyenne 2,9 propriétés, avec 10% détenant 5 propriétés ou plus, précise Thibault de Saint-Vincent, président de Barnes. Certains investissent dans des propriétés passion, comme les vignobles, golfs, yachts ou haras pour chevaux, mêlant ainsi art de vivre et esprit d’entreprise».

L’immobilier de prestige constitue un investissement qui s’inscrit dans un projet entrepreneurial global; c’est une source de revenus, mais il peut aussi servir d’écrin à des collections d’art. Certains l’utilisent comme lieu de réception pour organiser des événements ou des opérations de relations publiques. La mobilité, la technologie et la mondialisation ont favorisé les acquisitions des UHNWI dans différentes destinations internationales. Ces dernières offrent des ancrages permettant de bâtir une fortune dans des contextes économiques variés. Autre fait marquant: si les millennials (ceux qui sont nés entre 1980 et 2000) sont encore assez rares parmi les acquéreurs d’immobilier de luxe, ils bousculent les codes en étant les premiers «digital natives». Cette population aime le changement et ne reste jamais longtemps dans les biens immobiliers qu’elle achète. «Pour les millennials fortunés, il est normal d’acquérir des appartements ou des yachts depuis son smartphone sans aucune visite, poursuit le président de Barnes. S’inscrivant dans cette tendance, le marché de l’immobilier de prestige s’attache à offrir une communication numérique, immédiate et transparente». Précisons néanmoins que Barnes, notamment en Suisse, publie des annonces dans les médias de référence que sont Prestige Immobilier et Tout l’Immobilier; Barnes Suisse et son partenaire Gerofinance I Régie de la Couronne ont aussi chacun son magazine sur papier glacé!

Hong Kong et New York en tête, Londres sort du «Top 5»

Le palmarès Barnes examine les cinquante villes les plus recherchées par les UHNWI (fortune supérieure à 30 millions de dollars) et les HNWI (fortune entre 1 et 30 millions de dollars). Le classement est établi selon plusieurs critères: pratiques (meilleures écoles et Universités, mobilité/accessibilité, sécurité, etc.), émotionnels/affectifs (richesse culturelle, boutiques de luxe) et financiers (environnement économique, fiscalité, rentabilité et potentiel de plus-values). Qu’en ressort-il? En 2019, Hong Kong, New York, Los Angeles, Toronto, Paris sont les cinq villes préférées des personnes les plus riches de la planète. Ce classement reflète les dernières évolutions de l’environnement géopolitique, puisque l’année dernière Londres en faisait partie.

Hong Kong, la star du palmarès, dispose de l’une des plus importantes concentrations de HNWI. Cette ville, poumon économique de l’Asie, est portée par la croissance (+2,2 % en 2017). En un an, elle a gagné quatre places au classement, détrônant New York. Très recherchée par la clientèle haut de gamme, particulièrement chinoise, Hong Kong est aujourd’hui la ville dont l’immobilier est le plus cher au monde (33 000 €/m²). Trois villes suisses font partie du palmarès: Genève (27e position), Zurich (30e) et Bâle (38e). Melbourne, Tel Aviv, Porto, Bangkok et Athènes accèdent cette année au Barnes City Index 2019, alors que Dubaï, Copenhague, Oslo, Moscou et Sao Paulo sortent du palmarès. Lisbonne et Madrid accèdent au «Top 10» du classement.

De la montagne à la mer…

Face à la concurrence des stations de sport d’hiver à travers le monde, le marché des résidences secondaires dans les villages des Alpes suisses tire son épingle du jeu. Les montants des transactions y ont atteint… des sommets, avec des prix au m² pouvant atteindre 40 000 CHF (Gstaad). La stabilité politique et économique du pays explique en partie cette tendance; par ailleurs, un achat libellé en francs suisses rassure l’acquéreur. Tout en étant hors de la zone euro, la Confédération se trouve au centre de l’Europe. Les intérêts, passions et hobbies expliquent aussi l’engouement des UHNWI pour les chalets et appartements de montagne en Suisse. En effet, 58,9% des UHNWI se disent intéressés prioritairement par les affaires, par la philanthropie (50,7%) et, en 3e position, par le sport (43,7%). Les loisirs en plein air et l’immobilier comptent respectivement pour 18,2% et 17,4%. Les résidences de montagne sont souvent vouées à la location saisonnière et gérées comme un parc hôtelier source de revenus. Gstaad, Verbier et Crans-Montana sont les plus recherchés. Ces stations – qui jouissent d’une renommée internationale – bénéficient d’un accès très facile. Des investissements y ont été effectués dans les remontées mécaniques et autres infrastructures. Crans-Montana et Verbier ont construit de nouveaux centres sportifs; de nombreux projets hôteliers et immobiliers ont contribué à augmenter l’attractivité de ces villages de montagne. Ces sites sont appréciés tout au long de l’année pour leur vie mondaine, le calme combiné à l’animation nocturne, et enfin le charme et l’authenticité. Pour ce qui est du bord de mer, les riches et ultra-riches affectionnent tout particulièrement la petite station au nord de la Sardaigne, Porto Cervo. Sa marina et son port accueillent les plus grands yachts privés et villas de luxe, sur fond d’architecture sarde savamment redessinée par l’architecte italien Luigi Vietti. Le «Top 5» des stations balnéaires comprend également la Côte d’Azur (Cannes, Saint-Tropez, Cap d’Antibes), les îles Baléares, les Hamptons dans l’Etat de New York et enfin l’île grecque chic, homo et branchée de Mykonos.

Véronique Stein

«BARNES GLOBAL PROPERTY HANDBOOK 2019»

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!